L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture Corporate Finance et Private Equity

Région Sud : elle a tout d’une grande Accès libre

PAR  | 709 mots

Positionnée sur la 3e marche du podium du capital investissement en France, cette région fait mûrir un écosystème équilibré pour répondre à la demande croissante.

Depuis quelques années, le financement des entreprises via le recours aux fonds d’investissement est entré dans les moeurs en Région Sud (lire notre encadré, page 28). Si le territoire ne s’est pas totalement départi de sa réputation sulfureuse, il est loin le temps où il ne semblait pas mature. « Les PME se sont développées et le private equity avec elles, observe Jean-Michel Sibué, directeur associé chez A Plus Finance. Le mouvement s’est accéléré ces cinq dernières années et aujourd’hui ce marché, consistant, a permis l’éclosion d’un écosystème. » C’est en observant que, tous segments confondus, l’essentiel des opérations porte sur des entreprises de moins de 20 M€ de chiffre d’affaires, qu’on prend la mesure du poids des fonds locaux. Ils sont une poignée sur le territoire, ces fonds de proximité, filiales de banques ou non, qui ont pris place aux côtés - voire désormais sur les plates-bandesde l’acteur historique et longtemps dominant ACG Management (ex-Viveris), aujourd’hui, et comme annoncé par CFNEWS, en quête d’adossement.

Des investisseurs actifs, qui affichent leur cohésion

"Nous sommes une cinquantaine de professionnels de la Région Sud, représentant une quinzaine de structures réunies au sein d’Ambition Capital », explique Alexandre Flageul, son co-président par ailleurs DG de Sofipaca. Les membres de cette commission annonçaient l’an passé avoir réalisé une cinquantaine d’investissements et compter plus de 200 entreprises en portefeuille. « Nous pensons que… l’union fait la force, d’autant que nos pédigrées sont plutôt compatibles, poursuit l’investisseur. La plupart d’entre nous ont une capacité d’investissement de 2 à 5 M€. Dès lors qu’une opération plus importante se présente, nous préférerons nous structurer pour co-investir plutôt que de la laisser partir à un fonds extra territorial ! » Dans les faits, les « gros » deals sont encore souvent raflés par ces investisseurs « autres ». Il n’en est pas moins que le co-investissement est une pratique usuelle sur le territoire, comme ce fut le cas cette année pour soutenir la transmission de Mariton, le développement du Groupe Santé Pharma ou encore, dans une optique de partage du risque, presque systématiquement, en capital innovation.

Couvrir la demande de A à Z… ou presque

Il faut dire qu’au fil des ans, la sphère du capital investissement régional s’est développée. D’autant plus, donc, depuis qu’ACG Management - qui a quand même signé au moins 5 investissements et 3 sorties en 2018 - s’essouffle. « La nature ayant horreur du vide, le recul d’ACG Management a créé un appel d’air », observe un acteur du marché. Car le paysage s’est redessiné avec l’arrivée de nouveaux acteurs, des rapprochements et une montée en puissance de la plupart des forces en présence. De fait, aujourd’hui, les équipes d’investissement installées dans le Sud estiment être en mesure de répondre à la demande de la 3e région de France (PIB/habitant). « Nous voyons assez souvent des premiers tours où ne sont consultés que les acteurs régionaux, notent Marine Vallot et Pierre Chauvet, associés du cabinet financier Approbans. Quand les opérations sont plus importantes, on constate aussi l’intervention des players nationaux, implantés en région ou non… » Ainsi, on trouve aux côtés des équipes liées à des banques comme Sofipaca, Société Générale Capital Partenaires (SGCP) ou BNP Paribas Développement, les investisseurs de la banque publique, des acteurs historiques comme Connect Pro ou Finadvance (adossé depuis 2016 à A Plus Finance), une belle poignée de spécialistes du capital innovation au premier rang desquels Région Sud Invest.

Lire la suite sur CFNEWS Magazine - en accès libre