Corporate Finance News

Agroalimentaire : les fonds misent sur les nouvelles habitudes de consommation

PAR  | 339 mots - 0 conseil(s)

Les attentes des consommateurs ont changé. Pour y répondre, fonds et industriels multiplient désormais les opérations dans le bio, le végétal ou les produits du terroir, entraînant naturellement une hausse des valorisations sur ces segments.

Pendant longtemps, l’industrie agroalimentaire n’a pas intéressé le consommateur, rappelle Xavier Boéri, directeur associé de Sodica Corporate Finance et responsable de Sodica Agro, son département dédié à la filière agroalimentaire. À ses yeux, ce qui importait c’était son budget et on parlait beaucoup plus que maintenant de marques premiers prix, de hard discount, etc. Mais aujourd’hui les choses ont changé. Son alimentation et la manière dont elle est produite sont désormais au coeur de ses préoccupations. » Avec les récents scandales de l’industrie alimentaire, et notamment celui des lasagnes à la viande de cheval, du lait infantile contaminé aux salmonelles et des faux steaks hachés distribués à des associations humanitaires, ses attentes ont indéniablement évolué. Il est, en effet, devenu plus exigeant et mieux informé. « Le consommateur veut comprendre ce qu’il mange et recherche donc plus de transparence sur les produits et leur traçabilité, confirme Arnaud Pradier, directeur associé chez Idia Capital Investissement.

Aujourd’hui, un français sur cinq utilise d’ailleurs une application comme Yuka pour faire ses courses. » Preuve de l’intérêt grandissant porté au contenu de nos assiettes, la jeune pousse parisienne, qui permet de scanner des produits alimentaires et de s’informer de leur qualité nutritionnelle, a levé 800 K€ en juillet dernier. Et ce, auprès du fonds Investir & + et de plusieurs business angels, dont Xavier Niel, Marc Ménasé ou Christophe Courtin. Le gouvernement français s’est, lui aussi, emparé du sujet avec la mise en place du Nutri-Score. Lancé dans le cadre de la loi de Santé de 2016, ce logo à cinq couleurs permet au consommateur de s’informer sur la qualité nutritionnelle des aliments transformés (à l’exception des herbes aromatiques, thés, cafés, levures, etc.) et des boissons, hors boissons alcoolisées.

Lire la suite sur CFNEWS Magazine - en accès libre